Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web.

×

fr
En

Les élèves commissaires-priseurs l’avaient sollicité pour présider en 2009 leur cérémonie de remise des diplômes à la Fondation Cartier. Sa personnalité à la fois passionnée, bienveillante et terriblement perspicace a contribué à façonner une nouvelle image du monde des ventes aux enchères en France. Son nom reste attaché aux premières ventes de photographies, de bandes dessinées, ou  encore d’art contemporain chinois, et à la dispersion de grandes collections, telle la vente de la succession du peintre Foujita.

Au-delà du marché, il a joué un rôle pionnier, militant pour une collaboration entre musées, galeries et maisons de ventes, entreprises et médias. Il a ainsi présidé le Palais de Tokyo qu’il aimait voir dirigé « comme une entreprise » et était lui-même collectionneur à l’affût de tous les langages artistiques contemporains, de l’art conceptuel aux arts numériques en passant par l’art minimal ou le land art.

Précurseur des grandes ventes caritatives, inconnues en France à l’époque, il leur donne leurs lettres de noblesse. Aujourd’hui ces ventes très médiatisées représentent pas moins de 6 millions d’euros en 2022. En 2011,  il orchestre « Wings » au profit de l’Institut Curie dans un avion Paris-New York à 11000 mètres d’altitude, puis une vente évènement au profit de l’institut du chef Raoni, à la suite d’une soirée caritative au Palm Beach de Cannes au profit des œuvres de mère Teresa… Il écrit dans son livre « L’art c’est la vie » qu’il trouve dans le bleu d’Yves Klein, la même spiritualité que dans les yeux de mère Teresa.

 

Pierre Cornette groupe
Cérémonie de remise des diplômes aux élèves commissaires-priseurs en 2009 à la Fondation Cartier
Publié le
ça vous intéresse aussi
""
Les arrêtés portant nomination des membres du Conseil des maisons de vente viennent d'êtres publiés
Lire la suite
""
Rapport d'activité 2022 du Conseil des ventes volontaires
Lire la suite